La pêche électrique officiellement interdite dans les eaux françaises depuis la mi-août 2019


Temps de lecture : 3 minutes

La pratique tombe désormais sous le coup de la loi française : depuis deux jours (14/08/2019), la pêche électrique est officiellement interdite dans les eaux territoriales de l’Hexagone. Une étape importante pour les professionnels de la pêche tricolore, en attendant 2021 et l’interdiction de la pêche électrique à l’échelle européenne, cette fois :

 

« Le règlement européen n° 2019-1241 publié au Journal officiel de l’Union européenne le 25 juillet 2019 met fin, à compter du 1er juillet 2021 à la dérogation actuellement en vigueur permettant l’usage du chalut électrique dans les eaux de la mer du Nord », écrit ainsi le Ministère de l’Agriculture dans un communiqué de presse publié sur son site. « Ce règlement permet aux États membres de décider l’interdiction immédiate de la pêche électrique dans les eaux sous leur souveraineté, jusqu’à 12 miles marins des côtes. Comme le Gouvernement s’y était engagé et comme Didier Guillaume l’avait annoncé à l’Assemblée nationale, un arrêté du préfet de la Région Normandie en date du 25 juillet rend effective cette interdiction dans les eaux françaises concernées, pour tous les navires, dès le 14 août 2019 et jusqu’à la date de la généralisation de cette interdiction dans l’ensemble des eaux européennes ».

 

Jusqu’à 12 miles marins des côtes françaises, donc, c’est-à-dire un peu plus de 22 kilomètres au large, plus aucun bateau de pêche ne pourra pratiquer l’envoi de courant dans les sédiments des fonds marins pour y capturer certaines espèces comme les poissons plats,  la sole ou la limande, le cabillaud notamment. Voilà qui met fin à un droit à pêcher entre 6 et 12 miles des côtes françaises et qui avait été accordé aux pêcheurs des Pays-Bas avant la mise en place d’une politique commune bruxelloise. Il aura donc fallu du temps et de l’énergie pour en arriver là et parvenir à cette interdiction. Une mesure unanimement saluée par les professionnels français de la pêche, en particulier sur les côtes de la Manche et de la Mer du Nord, particulièrement fréquentées depuis des années par les pêcheurs néerlandais qui pratiquent de manière intensive la pêche électrique. « Une catastrophe pour la faune, avec une diminution spectaculaire des espèces et du nombre de poissons au fond des mers, la sole en particulier, et pour la flore sous-marine », explique le Comité Régional des Pêches Nord-Pas-de-Calais.

 

« Certains pêcheurs ont vu leurs revenus diminuer d’un tiers, voire de moitié, ces dernières années, à cause de ces mauvaises pratiques hollandaises », renchérit le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins de Normandie. « Nous espérons tous maintenant que les ressources puissent se reconstituer rapidement, ainsi que leurs écosystèmes. Cette mesure met aussi fin à une concurrence déloyale qui permettait aux pêcheurs néerlandais de multiplier par 5 les quantités pêchées par rapport à nos pratiques traditionnelles. C’est mieux pour les poissons, pour les fonds marins et pour nous. De toutes façons, c’était une réalité dénuée de tout fondement, alors que la pêche électrique est interdite en Europe depuis plus de 20 ans et que seule subsistait cette dérogation en mer du Nord pour les Pays-Bas ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *