Elections européennes : les enjeux pour le maritime


Temps de lecture : 4 minutes

C’est la journée européenne de la mer, ce lundi 20 mai 2019 : l’occasion parfaite pour rappeler que les élections européennes du 26 mai prochain seront décisives pour tout le secteur de la mer, tant au niveau des échanges, de l’environnement, des technologies et de la pêche, qu’au niveau, bien sûr, de l’emploi : l’Union Européenne joue un rôle fondamental dans le quotidien des quelques 900 communes littorales de l’Hexagone. Pourtant, 4 habitants sur 10 de ces communes pensent que cela représente plus d’inconvénients que d’avantages d’être un citoyen membre de l’Union Européenne, alors que chaque jour cette dernière permet à de nouveaux projets économiques de voir le jour et donc, à de nouveaux emplois d’être créés et pourvus.

 

« L’Union européenne contribue à la fois aux transports, aux secteurs du tourisme et de la pêche, au développement des nouvelles énergies et à la préservation des côtes, et pourtant, les premiers concernés, les citoyens de ces territoires côtiers, n’en ont pas conscience », explique l’Observatoire des Territoires. « Des millions d’euros à chaque fois pour désensabler le Mont-Saint-Michel, développer l’éolien offshore, moderniser les principaux ports de marchandises et de voyageurs, accorder des subventions aux pêcheurs et aux aquaculteurs, les protéger de la concurrence déloyale, préserver leurs ressources…. Les élections du 26 mai 2019 représentent un enjeu majeur pour tous ces métiers, toutes ces entreprises, et les milliers d’emplois concernés. Et, si par exemple certains partis protectionnistes emportent beaucoup de sièges, cela pourrait constituer un tournant majeur – et sans doute peu favorable – pour toutes ces personnes ».

 

La Normandie, la Bretagne, l’Occitanie, la Corse et certains territoires d’Outre-mer comme la Réunion, sont parmi les premiers bénéficiaires des fonds européens chaque année. « Chacune de ces régions est représentée, à Strasbourg ou à Bruxelles, par les commissaires et les députés européens, qui défendent leurs droits et réfléchissent aux réglementations et aux harmonisations nécessaires pour un avenir préservé », explique l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique). « La France pèse très lourd dans les décisions qui concernent le maritime, parce qu’elle a la plus importante surface concernée. Même chose pour les transports et l’environnement, autant de secteurs décisifs pour l’économie et le travail en France ».

 

Alors, quels sont les différents programmes des principaux candidats têtes de liste aux élections européennes, pour la mer et ses travailleurs ? La tête de liste PS, Raphaël Glucksmann, souhaite que les politiques publiques européennes « mettent fin à la surpêche, privilégient la pêche artisanale et favorisent la protection des océans et la restauration des écosystèmes marins  ». Concernant les fusions, comme celle qui concerne le chantier naval de Saint-Nazaire, il souhaite « un assouplissement de l’octroi des aides d’Etats, et une nouvelle politique industrielle susceptibles de mieux défendre les intérêts des entreprises ». Pour le secteur de l’éolien et du développement durable, de la préservation de l’environnement et des énergies propres, il souhaite « sortir des calculs du déficit public les dépenses liées à la transition écologique ». Il souhaite laisser le temps aux Britanniques pour le Brexit, reste favorable à l’OTAN mais plaide pour une armée européenne, y compris au niveau de la Marine. Il est favorable à la taxe carbone aux frontières de l’UE. Enfin, il refuse de voter pour la réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) qui prévoit une baisse de budget et davantage d’autonomie aux Etats.

 

Côté LREM, Nathalie Loiseau, tête de liste pour le parti présidentiel (avec à ses côtés la navigatrice Catherine Chabaud), souhaite elle aussi réformer les règles de la concurrence pour renforcer les reins des entreprises européennes face aux USA et à la Chine. Elle refuse également la baisse de 5% du budget de la PAC. Elle prône elle aussi la taxe carbone aux frontières européennes ; et c’est peut-être celle qui prend le plus à cœur la place de la pêche dans l’économie française : en visite à la criée de Lorient fin avril, elle a estimé que « la mer est cruciale, dans tous ses aspects, pour l’avenir de la France. La filière et la ressource se portent bien mais les pêcheurs vont mal, il faut sauver les pêcheurs », a-t-elle ainsi déclaré lors de sa visite, après une longue discussion avec des professionnels du secteur. « Quel que soit le scénario du Brexit, on ne les laissera pas tomber », a-t-elle conclu, estimant que les instances européennes méconnaissaient les dossiers des filières maritime et aquatique, et « qu’il fallait que cela change ».

 

Marine Le Pen et sa tête de liste RN pour le scrutin, Jordan Bardella, sont eux aussi allés faire campagne sur le littoral : dans le Finistère notamment, où ils ont relativisé les inquiétudes liées au Brexit (« je ne crois pas que les pêcheurs français soient empêchés dans 8 jours d’aller pêcher dans les eaux britanniques », a estimé la présidente du Rassemblement National) tout en plaidant pour un accord de Brexit sur la pêche. Le RN veut en revanche revenir totalement en arrière sur l’énergie des éoliennes, démonter les parcs existants et faire empêcher la construction de nouveaux en en appelant à l’UNESCO, estimant que « c’est une catastrophe économique, écologique et un drame visuellement ». Enfin, côté LFI (la France Insoumise), la tête de liste Manon Aubry souhaite mettre en place un « grand budget européen pour dépolluer les océans ».

 

 

Une réflexion au sujet de « Elections européennes : les enjeux pour le maritime »

  1. Hedouin

    Merci d’avoir consacré un chapitre au théories de Gluksman , çà tiens du publi-reportage , merci pour lui , j’espère que c’est gratuit .
    Merci aussi d’avoir consacré une ligne au programme « L’Avenir en Commun » , c’est peu , mais çà dénote une certaine ouverture d’esprit de votre part .
    Quant aux autres listes importantes comme LREM ou les fachos , c’est bien développé . Bravo .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *